Discours de Son Excellence Monsieur le Deuxième Vice-Président de la République à l’occasion de l’ouverture et du lancement officiel de l’Ecole Doctorale de l’Université du Burundi.

Kiriri, jeudi le 20 juillet 2017

————————————————————————————————

  • Honorables parlementaires;
  • Mesdames, Messieurs les Ministres;
  • Mesdames, Messieurs les Représentants du Corps Diplomatique et consulaire;
  • Madame la Représentante de l’UNESCO au Burundi;
  • Mesdames, Messieurs les Hauts Cadres de l’Etat;
  • Monsieur le Représentant du Maire de la ville de Bujumbura;
  • Monsieur le Président du Conseil d’Administration de l’Université du Burundi;
  • Monsieur le Recteur de l’Université du Burundi;
  • Mesdames, Messieurs les Responsables des Institutions d’Enseignement Supérieur partenaires;
  • Mesdames, Messieurs les membres de la communauté universitaire;
  • Distingués invités;
  • Mesdames, Messieurs, tout protocole observé;

 

  1. En ce jour choisi, par l’Université du Burundi pour écrire une nouvelle page dans son agenda académique, je suis très heureux de me retrouver parmi vous, pour procéder au lancement de la semaine de l’Université du Burundi et de l’Ecole Doctorale ; événements très significatifs, non seulement pour l’Institution universitaire, mais également pour le Gouvernement qui attache une attention particulière à l’œuvre tant scientifique qu’humaine, qui s’accomplit dans ce haut lieu du savoir.

 

Je saisis cette opportunité pour saluer à mon tour, vous tous qui avez répondu positivement à ce rendez-vous mémorable que l’Université du Burundi et ses partenaires ont bien voulu nous fixer.

 

 

Distingués invités;

Mesdames, Messieurs

 

  1. Depuis l’année académique 2011-2012, le Gouvernement du Burundi a officiellement soutenu un nouveau système d’enseignement à caractère international, qu’il a été convenu d’appeler BMD (Baccalauréat-Master-Doctorat), à la suite de la promulgation de la Loi n°1 /11 du 30 décembre 2011 portant Réorganisation de l’enseignement supérieur du Burundi.

 

  1. Cependant, il convient de rappeler que les premiers jalons de la réforme de l’Enseignement Supérieur dans cette maison remontent vers les années 2006-2007; avec les premières réunions autour de ce qu’on appelait Système Licence – Master – Doctorat (LMD). Les discussions sérieuses ont commencé en 2008 avec le soutien du Projet d’Appui à la Réforme de l’Enseignement (PARES), financé par le Gouvernement de la République Française.

 

  1. La mise en chantier du système BMD n’est pas passée par  un chemin battu. Il a connu des difficultés inévitables, mais qui ont progressivement trouvé des solutions, puisque le B s’en est bien sorti, le M a été régulé, en attendant les premiers signaux du D qui ont été annoncés par le décret n° 100/06 du 18 Janvier 2015 portant création et organisation de l’Ecole Doctorale au Burundi.

 

  1. Il m’est difficile de cacher ma joie en commémorant avec vous tous, ici présent, le nouveau-né dans le paysage académique de l’Université du Burundi. Oui, nous avons de bonnes raisons de nous réjouir de cette naissance, qui arrive au moment où notre unique Université publique est en train de changer de visage, en tournant la page des interruptions répétitives des activités académiques. (…)

 

  1. Pour ce nouveau chantier, nous félicitons et encourageons l’Université du Burundi, pour avoir choisi de s’organiser dans un premier temps en deux pôles de formation, à savoir le pôle des Sciences Humaines et Sociales et celui des Sciences naturelles appliquées et de la vie. Nous vous invitons à organiser cette formation doctorale dans l’esprit et la lettre du décret susdit, avec comme finalité l’insertion professionnelle des doctorants.

 

  1. Par cet acte de naissance, l’Université du Burundi vient de confirmer ses droits d’aînesse, dans l’espace académique burundais, car ce pas traduit la maturité de tout système d’enseignement supérieur.

De son côté, le Gouvernement promet de continuer à appuyer cette étape déjà franchie, tout en invitant les autres universités à se préparer à vous emboîter le pas. En revanche, le pays attend que l’Ecole doctorale puisse à terme inscrire le développement durable au cœur de ses thématiques de recherche.

 

  1. Pour réussir les missions assignées à l’Ecole doctorale, la Commission Nationale d’Enseignement Supérieur (CNES) est appelée à veiller au respect des standards en matière de la gouvernance et de la recherche, dont dépendra la crédibilité sur le plan national, régional et international.

 

La CNES doit également rester exemplaire en observant une rigueur justifiée dans ses procédures d’analyse et d’adoption des dossiers de demande d’agrément, en vue de promouvoir toujours la qualité. Le strict respect des standards de bonne gouvernance et de recherche nous évitera des écoles doctorales, qui pousseraient comme des champignons.

 

  1. En un mot, une Ecole Doctorale est une école doctorale. Elle vise des objectifs de haut niveau, qui se traduisent par une éducation, une discipline académique, scientifique et patriotique. En adhérant à ces principes, vous aurez le soutien inconditionnel du Gouvernement, qui considère cette étape comme une autre chance pour le pays, de démontrer à la face du monde que le Burundi n’est pas à la traîne en matière de l’enseignement supérieur.

 

  1. Sur le plan régional et international, la nouvelle Ecole Doctorale devra également compter sur les opportunités offertes par l’espace commun de l’enseignement supérieur, tel que le Conseil Interuniversitaire de la Communauté Est Africaine (IUCEAC) et le Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES) dont le Burundi est membre, sans oublier la coopération sud-sud. Nous sommes persuadés qu’en sollicitant l’expertise d’ailleurs, la nouvelle Ecole Doctorale pourrait accroitre rapidement son efficacité, et ainsi rayonner à travers les activités de recherche et de l’innovation.

 

  1. Les programmes de formation et de recherche de l’Ecole Doctorale de l’Université du Burundi choisis devraient assurer en priorité une relève académique au niveau national pour combler le déficit criant en ressources humaines qualifiées. Nul n’ignore qu’au stade actuel, un nombre impressionnant de cerveaux Burundais qui ont défendu leurs thèses de doctorat à l’étranger ne sont pas rentrés.

 

 

A ceux-là s’ajoutent des dizaines de membres du corps académique de l’Université du Burundi partis sans retour. Le Gouvernement a déjà inscrit la question parmi ses grandes préoccupations afin que ce phénomène s’arrête définitivement, pour le bénéfice du développement et du renforcement des institutions d’enseignement supérieur au Burundi.

 

A ce chapitre, il importe de savoir que les dépenses entièrement assurées par l’Etat pour la formation des étudiants du 3ème Cycle sont estimées à 8,000 euros par an et par étudiant.  A cet effort traditionnel du Gouvernement s’ajoute également le financement de 30 bourses doctorales pour chaque année, annonce faite par Son Excellence Monsieur le Président de la République lors de son discours d’ouverture des états généraux de l’éducation en décembre 2014.

 

Distingués invités;

Mesdames, Messieurs;

 

  1. Le lancement de l’Ecole Doctorale intervient au moment où le Burundi vient de valider la priorisation de 16 parmi les 17 Objectifs de Développement Durable (ODD); au nombre desquels nous pouvons citer: l’éducation de qualité; l’éradication de la pauvreté et de la faim; le travail décent et la croissance économique; l’industrie, l’innovation et les infrastructures; l’énergie propre et d’un coup abordable; les mesures relatives à la lutte contre le changement climatique; etc.

 

Ces Objectifs de Développement Durable devront inspirer l’Ecole Doctorale dans le choix des domaines de recherche.

Je saisis d’ailleurs cette occasion pour saluer la contribution de l’Université du Burundi dans l’élaboration du Rapport National de Priorisation des ODD.

 

 

  1. L’ouverture solennelle de l’Ecole Doctorale à l’Université du Burundi qui a lieu aujourd’hui, sera suivie d’une Conférence Internationale sur l’Ecole Doctorale prévue demain, où interviendront les grandes sommités de la recherche scientifique. Nous félicitons les organisateurs d’avoir inséré cette activité sur le programme, car sans conférence scientifique, l’Ecole Doctorale n’aurait pas de saveur.

 

De notre point de vue, une conférence scientifique symbolise le rayonnement d’une véritable Ecole Doctorale ; et c’est pourquoi nous vous invitons à inscrire régulièrement ce genre d’événements au cœur de vos principales activités.

 

  1. Avant de terminer, je voudrais, au nom du Gouvernement du Burundi, exprimer mes sentiments de reconnaissance, envers différentes personnalités morales et physiques, qui se sont donné corps et âme pour débrayer le terrain du grand chantier BMD dont le point d’orgue vient d’être atteint.

 

  1. Parmi les pionniers de ce chantier, qu’il me plaise de citer:

 

  • Le Docteur Ingénieur Saïdi KIBEYA, ancien Ministre en charge de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, qui a initié, en étroite collaboration avec le projet PARES, la réforme de l’enseignement supérieur.

 

  • En second lieu, le Docteur Julien NIMUBONA, également ancien Ministre en charge de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, qui a poursuivi l’œuvre de son prédécesseur, jusqu’à doter le Ministère d’un cadre légal qui a permis le démarrage effectif de la réforme de l’enseignement supérieur au Burundi.

 

  • Au rang des anciens Recteurs, le Professeur Alexandre HATUNGIMANA et son équipe pour avoir efficacement assuré une mobilisation de la communauté universitaire autour du chantier de la réforme (correspondants LMD, délégués LMD, sont des appellations qui nous rappellent quelques choses, etc.).

 

  • Le Professeur Gaston HAKIZA, ancien Recteur également, pour sa détermination sans faille, qui a permis de conduire la réforme jusqu’à une étape décisive, concrétisée l’entrée à l’Université du Burundi des tous premiers étudiants du cycle de Baccalauréat, c’était avec l’année académique 2011/2012. Désormais, on parlera de l’ancien et du nouveau système!!

 

  • Nous tenons à remercier à remercier les organisateurs de cette journée spéciale dédiée au lancement de la semaine universitaire et de l’Ecole Doctorale, en l’occurrence la Direction de l’Université du Burundi qui a le mérite d’avoir organisé et réussi l’étape finale de mise en place de l’Ecole Doctorale.

 

  • Nous saisissons aussi la présente occasion pour réitérer nos remerciements initiateurs du Projet d’Appui à la Réforme de l’Enseignement Supérieur – PARES. Que les Représentants de l’Ambassade de France transmettent nos sentiments de reconnaissance à leurs destinataires.

Nous n’oublions pas que c’est grâce à ce projet que le démarrage et la poursuite du chantier de la réforme du système BMD ont été rendus possibles.

 

  • Nos remerciements vont aussi à l’endroit de tous les enseignants et partenaires de l’Université du Burundi, ainsi que toutes les autres personnes non citées ici, qui ont participé activement à l’édification du chantier de la réforme BMD.

 

  • A la République Populaire de Chine, nous exprimons notre gratitude pour sa participation au développement des infrastructures de l’Université du Burundi.

 

  • Nous exprimons enfin notre gratitude à toute la famille de l’Université du Burundi, du Recteur au personnel d’appui en passant par les étudiants, pour avoir favorisé un environnement propice à l’installation et au lancement de l’Ecole Doctorale.

 

Distingués invités;

Mesdames, Messieurs;

 

  1. Certes, nous nous félicitons aujourd’hui pour ce pas franchi dans la concrétisation de la réforme de l’enseignement supérieur. Seulement, on sera encore plus heureux le jour où nous allons féliciter les premiers produits «Made in Burundi» au titre de Philosophy Doctor(PhD).

 

L’année 1969, le 20 juillet comme aujourd’hui, ce n’était pas un jeudi, même si on est jeudi, mais c’était un Dimanche! Ce jour-là, Neil Armstrong; pour la première fois, marche sur la lune, et prononce sa phrase célèbre: «C’est un petit pas pour l’homme, mais un pas de géant pour l’humanité».

A  notre tour, de le paraphraser en disant: «C’est un petit pas dans l’espace académique du Burundi, mais un pas de géant pour tout le pays.»

 

  1. C’est sur ce petit voyage dans l’histoire scientifique du monde que je déclare ouverte l’Ecole Doctorale au Burundi.

 

 

Vive l’Ecole Doctorale au Burundi;

Je vous remercie.