Ce mardi à Bujumbura, le Chef de l’Etat Burundais Son Excellence Pierre Nkurunziza a reçu en audience une délégation de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie APF en sigle , conduite par Son Président M.Jacques CHAGNON, en visite au Burundi. Ils étaient venus s’enquérir de l’évolution de la situation au Burundi après que cette organisation ait pris des sanctions contre le Burundi suite aux problèmes sécuritaires de 2015.

Le Président de l’APF a indiqué à son Excellence le Président de la République du Burundi que par les visites que la délégation a effectuées dans cinq provinces du pays, ils ont constaté que la population vaque à ses occupations dans le calme, et que la situation évolue positivement. Ils ont apprécié d’une façon particulière les travaux de développement communautaires faits dans le pays et surtout l’implication personnelle de Son Excellence le Président de la République dans ces travaux. Ils ont également fait mention de la place de choix réservée aux femmes au Burundi dans les institutions comme le parlement et autres.

Le Président de la République du Burundi de son côté salue cette visite des parlementaires de la Francophonie au Burundi, qui les a permis de se rendre compte de la réalité sur terrain contrairement aux rumeurs propagés par certains médias et pays occidentaux qui peignent un tableau sombre du Burundi. Actuellement, a martelé Son Excellence Pierre Nkurunziza le pays se trouve à la phase de recherche de la vérité pour une réconciliation effective par le travail de la Commission Vérité et Réconciliation mise en place conformément au prescrit de la Constitution de la République.

La délégation de l’APF a voulu savoir si l’amendement de la Constitution est envisagée dans l’esprit des accords d’Arusha. Le Chef de l’Etat a été on ne peut plus clair: »Cette révision émane de la volonté du  peuple burundais qui a exprimé le vœu de voir la Constitution révisée et a émis des propositions contenues dans un rapport, tenant compte des difficultés que le Burundi a connues dans le passé ». Il appartiendra donc au même peuple  burundais, au moment opportun, de se prononcer par référendum sur cet amendement. Son Excellence Pierre Nkurunziza a en outre rassuré les parlementaires de la Francophonie que la Loi fondamentale a été rédigée dans l’esprit, non seulement des accords d’Arusha mais également de l’accord global de cessez le feu.

Concernant les réfugiés burundais qui sont en exile, le Président de la République déplore le fait que les chiffres de ces réfugiés sont toujours gonflés par le HCR et autres personnes mal intentionnées, tout en passant sous silence les   flux des burundais qui rentrent chaque jour des pays voisins. Des visites effectuées dans les camps en Tanzanie ont aussi révélé que le HCR freine ceux qui veulent regagner leur pays natal. Le Burundi compte demander des comptes au HCR pour ce comportement indigne, a renchéri le Chef de l’Etat Burundais. Entre temps, le Président de la République du Burundi appelle tous ceux qui sont encore en dehors du pays, qui le souhaitent, de rentrer car la paix et la sécurité sont une réalité dans le pays.