Chaque 1er décembre, le Burundi se joint à d’autres nations dans la célébration de la lutte contre le SIDA. L’édition 2017 a été célébrée sous le thème:  « l’accès à la prévention et la prise en charge des PVVIH est un droit à la santé ». Les cérémonies se sont déroulées en commune Bugabira, province de Kirundo. Son Excellence Denise Nkurunziza, la Première dame du pays a rehaussé de sa présence les cérémonies en qualité de la Représentante de l’Organisation des Premières Dames d’Afrique contre le VIH/Sida(OPDAS) au Burundi. Etaient également présents, Madame l’ambassadeur des Etats Unis au Burundi et le Directeur Pays de L’OMS, celui de l’ONUSIDA et la Représentante du FNUAP au Burundi.
Dans son discours de circonstance, la Première dame du pays a fait savoir à la population présente que cette journée se célèbre à ce jour au niveau national pour se joindre aux autres dans le combat de lutte contre le VIH/Sida. Chaque Burundais est appelé à mener ce combat afin d’arriver à zéro infection et zéro mort. Elle a aussi lancé un appel à la population burundaise, aux institutions burundaises à doubler l’effort pour arriver à cet objectif.

Son Excellence Denise Nkurunziza a en outre indiqué que ledit combat consiste à prendre en charge les Personnes vivant avec le VIH(PVVIH) en leur procurant des médicaments Antirétroviraux(ARV). Revenant sur le thème retenu pour cette année 2017,  la Première dame a invité le ministère de la santé publique et de lutte contre le Sida à prendre les devants en travaillant dans la synergie avec différentes associations, les familles, les associations des PVVIH, les organisations internationales œuvrant dans la lutte contre le Sida et toutes les parties prenantes afin d’arriver à arrêter les nouvelles infections et ainsi garantir la bonne santé de la population pour un développement durable.

La Première dame du pays a aussi regretté que malgré tous les efforts consentis et l’étape satisfaisante déjà atteinte dans la lutte contre le VIH/Sida, il y a des mères qui continuent à transmettre ce virus à leurs enfants pendant la grossesse, l’accouchement et l’allaitement, au moment où la médecine est actuellement capable de protéger l’enfant dans le sein de sa mère et au moment de la naissance.  L’épouse du Chef de l’Etat a enfin appelé toute la population Burundaise à se faire dépister pour connaitre leur état de santé.
Les cérémonies ont été clôturées par la distribution des vivres aux personnes vivant avec le VIH. Un effectif de 203 ont bénéficié chacun de 10kg de riz, 10kg de haricots, un bassin et une couverture