Le Burundi accueille du 19 au 21 juin 2018, la 10ème réunion du Groupe de Travail Africain sur l’Alimentation et la Nutrition pour le Développement (ATFFND), un événement organisé par le Gouvernement de la République du Burundi en collaboration avec l’Union Africaine.

Les travaux de cette 10ème  réunion tenue sous le  thème : «la nutrition comme un moteur du développement durable et la transformation de l’Afrique» ont été ouverts par Son Excellence Dr. Joseph Butore, Deuxième Vice-Président de la République mardi le 19 juin 2018, à l’Hôtel Club du Lac Tanganyika.

La 10ème  réunion a pour objectif de revoir les recommandations de la 9ème réunion, évaluer le progrès réalisé au niveau des initiatives dirigés par l’Union Africaine et les partenaires dans le but d’accélérer la mise en œuvre de la déclaration de Malabo de 2014 sur la sécurité nutritionnelle pour une croissance économique inclusive et un développement durable.

 

Dans son allocution d’ouverture, le Deuxième Vice-Président de la République, a indiqué que la malnutrition et l’insécurité alimentaire dans les pays en voies de développement constituent des problèmes réels et multifactoriels aux conséquences lourdes, non seulement sur la santé physiques et intellectuelles, mais aussi sur le développement socioéconomique.

SE Dr. Joseph Butore a mis en exergue certaines des causes fondamentales de la malnutrition et l’insécurité alimentaire observées dans les pays en voies de développement à savoir le faible accès des ménages aux ressources en quantité et en qualité suffisantes, un capital financier, humain, matériel et social insuffisant, ainsi que les contextes socioculturels, économique et politique.

Le Deuxième Vice-Président de la République a remercié, au nom du  Gouvernement du Burundi, l’Union Africaine, pour avoir  accepté de tenir cette réunion au Burundi, ajoutant que la Nutrition et la Sécurité Alimentaire figurent parmi les priorités du pays pour le moment.

Il a précisé que cet engagement du Gouvernement du Burundi d’inscrire la Nutrition et la Sécurité Alimentaire parmi les priorités du pays se manifeste dans  la prise en compte des indicateurs nutritionnels dans les documents de politique de développement notamment la Vision Burundi 2025 et le Plan National de Développement (PND), qui va bientôt remplacer le Cadre Stratégique de Croissance et de Lutte contre la Pauvreté – 2ème génération, CSLP II.

  

« Les efforts du Gouvernement Burundais dans la mise en œuvre des recommandations formulées par les Dirigeants Africains, dans la déclaration de Malabo de 2014, sur la sécurité nutritionnelle pour une croissance économique inclusive, et un développement durable se concrétisent par de multiples interventions spécifiques et sensibles à la nutrition, mises en œuvre suivant une approche multisectorielle, à travers un fort engagement politique et un leadership responsable », a souligné Son Excellence Dr. Joseph Butore.

Il a, par ailleurs, informé l’assistance que la nutrition et la sécurité alimentaire font partie du cadre global de développement, et se trouve dans la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD).

Le Deuxième Vice-Président de la République a, en outre, invité les pays africains à travailler encore plus dur pour éviter les conséquences à long terme de la malnutrition sur la prospérité des enfants, futures cadres des pays africains, sans oublier le risque accru des maladies non transmissibles liées à l’alimentation telles que le diabète et l’hypertension artérielle.

« Des efforts restent à consentir pour renforcer la nutrition et la sécurité alimentaire dans nos pays, à travers la construction d’un environnement favorable, permettant de rassembler les parties prenantes dans un espace d’action commun; de garantir un cadre politique et juridique cohérent; d’aligner les actions sur un cadre commun des résultats et surtout développer des stratégies de mobilisation des ressources domestiques et externes », a insisté Son Excellence Dr. Joseph Butore.

Il a, cependant, rappelé les facteurs importants à ne pas oublier pour la faisabilité de toutes les interventions à savoir la stabilité politique des pays africains et la maîtrise de la croissance démographique.

Après les cérémonies d’ouverture officielle de la réunion, Son Excellence Monsieur le Deuxième Vice-Président de la République, en compagnie du Chef de la délégation de l’Union Africaine, Mme Dr. Margaret Agama- Anyeteim,  a visité les stands de quelques produits alimentaires cultivés au Burundi.