L’année judiciaire 2018-2019 est lancée sous le thème : « une justice saine, un pilier du développement. ». Les cérémonies de cette occasion ont été marquées par des discours bilan du Président de la Cour suprême, du Procureur Général et du Ministre de la Justice, de la Protection civique et Garde des sceaux. En somme, les réalisations pour l’année écoulées sont évaluées à plus de 98 %. Sur plus de 28 milles dossiers des plaintes soumises aux juridictions différentes, plus de 26 milles ont été traités et des jugements rendus et avec célérité. Ce sont aussi des jugements qui ont été mis en exécution et plus d’un milliard de francs burundais qui avaient été détournées ont été retournés au trésor public. Trois milles prisonniers ont été relâchés par la grâce présidentielle et d’autres ont vu leur peines réduites y compris ceux qui ont participé dans le mouvement insurrectionnel de l’année 2015.

Le Ministère en charge de la justice appuyé par les organisations internationales comme le PNUD a également offert des facilités aux personnes vulnérables sollicitant des services de la justice, en mettant à leur disposition des avocats gratuits et en payant les frais de déplacement des témoins.  La Ministre de la Justice, de la Protection civique et Garde des sceaux a remercié le Chef de l’Etat pour son esprit généreux et son soutien indéfectible aux instances judiciaires et a promis au nom de la famille judiciaire à faire mieux pour servir les justiciables.

Le Chef de l’Etat et Magistrat suprême Son Excellence Pierre Nkurunziza dans son discours inaugural de l’année judiciaire 2018-2019 a félicité le personnel du Ministère de la Justice, de la Protection civique et Garde des Sceaux pour le pas déjà franchi surtout dans la mise en exécution des jugements rendus et les a appelés à redoubler d’efforts dans le respect de la loi. Son Excellence Pierre Nkurunziza a saisi cette opportunité et a fait un clin d’œil à certains magistrats caractérisés par la lenteur et la corruption dans le traitement des dossiers. Revenant sur le thème, le Président de la République a souligné qu’une justice saine attire des investisseurs, le développement s’en suit et chacun y tire profit. Cependant, a indiqué le Chef de l’Etat la justice ne pouvait qu’être le dernier recours comme au temps des ancêtres qui mettaient en avant le règlement à l’amiable dans la famille et la communauté par la médiation.

Les cérémonies du jour ont été clôturées par la décoration par le Magistrat suprême, des magistrats qui se sont distingués dans l’accomplissement de leur mission dans le respect de la déontologie au cours de l’année écoulée. Ils ont été caractérisés par la ponctualité au service, le célérité dans le traitement des dossiers, l’abnégation, la lutte contre la corruption et la fraude et ont été tous côtés élite. Ils ont reçu un certificat de mérite et une enveloppe de cinq cent mille francs, une façon d’encourager les autres à leur emboîter le pas.