Sous le haut patronage de la Première Dame du Burundi, Son Excellence Denise Nkurunziza, le Burundi a célébrée la Journée mondiale de la lutte contre le Sida ce samedi 1er décembre 2018, sous le thème : « je connais mon statut sérologique. Et toi ? ». Les cérémonies ont été déroulées dans les enceintes de l’Institut National de Santé Publique INSP qui se trouve en Mairie de Bujumbura, en présence du Ministre de la Santé Publique et de la lutte contre le sida, les hauts cadres de ce ministère, les acteurs religieux à majorité musulmane et les Représentants des agences du système des Nations Unies œuvrant au Burundi.
Tout a été commencé par un atelier à l’intention des leaders religieux. Dans sa présentation, Dr Aimé NDAYIZEYE, directeur du PNLS/IST a donné l’état de la réponse au VIH : La séroprévalence du VIH par sexe de 2016-2017 montre que 1.2% sont des femmes et 0.6% sont des hommes. Les résultats de la séroprévalence du VIH par milieu ont donné 2.5% en milieu urbain et 0.7% en milieu rural. Par religion, la séroprévalence de 2016-2017 montre 0.80% pour les Catholiques, 1% pour les protestants, 3.6% pour les musulmans, 0,6 pour les adventistes, 0.1 pour les témoins de Jéhovah et 0.1% pour les sans religions.
Après cet atelier, la Première Dame du pays a donné l’exemple aux participants en faisant le dépistage. Dans son discours du jour, elle a fait savoir que la connaissance du statut sérologique va éliminer visiblement la transmission du VIH surtout de la mère à l’enfant. Elle a rappelé que la campagne Naître libre pour Briller lancée en date du 25 octobre 2018 vise cet objectif d’éliminer le VIH d’ici 2030. Pour y arriver, la Première dame a invité le ministère de la santé publique et de la lutte contre le Sida à prêcher par le bon exemple et travailler en étroite collaboration avec différentes associations des PVVIH et les organisations internationales œuvrant dans la lutte contre le Sida. L’épouse du chef de l’Etat a enfin appelé toute la population burundaise à se faire dépister pour que chacun connaisse son statut sérologique.
Signalons que la majorité des participants ont fait volontairement le dépistage.
Les cérémonies ont été clôturées par la distribution des vivres aux personnes vivant avec le VIH. Chaque personne a bénéficié 10kg de riz, 10kg de haricot, des boites de lait, un sceau et des savons.