Ce vendredi 1er Février 2019, en province Kayanza, le Président de la République Son Excellence Pierre NKURUNZIZA a lancé  officiellement les travaux de la journée d’Impulsion des Objectifs du Développement Durable (ODD-2030) . C’est un programme élaboré au niveau mondial surtout pour définir les enjeux prioritaires pour mettre fin à la pauvreté, faire face aux changements climatiques durant les 15 prochaines années . En revanche, les ODD visent à mettre fin à l’extrême pauvreté et à la faim . Ledit programme prône aussi l’universalité, l’intégration et l’ inclusivité de tous par le principe de « Ne laisser personne de côté »

Dans son discours prononcé à cette occasion, le Chef de l’Etat a fait savoir que le Burundi a réaffirmé son engagement à vouloir travailler avec la Communauté Internationale dans la mise en œuvre des ODD. C’est dans ce cadre que le Burundi a élaboré le Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté, deuxième génération (CSLP II), et le Plan National de Développement, PND en sigle . Rappelons que PND a été initié et élaboré par les Burundais eux-mêmes. Il s’agit d’un livret qui définit les Piliers, les Objectifs, la Vision et les Axes d’intervention pour parvenir au développement durable d’ici 2030.

Le Président de la République Son Excellence Pierre NKURUNZIZA en a profité pour demander au Gouvernement et à toutes les Institutions élues par le peuple, aux jeunes, aux agents du Secteur Privé, aux Organisations non-gouvernementales locales ou internationales de se conformer toujours aux Plans Nationaux de Développement notre pays. Il a également fait savoir que les burundais souhaitent la bienvenue à toute personne qui souhaiterait appuyer le Burundi dans la mise en œuvre de ce Plan. « Toutefois, Nous tenons à rappeler que nous ne comptons pas aller à l’encontre des valeurs d’honneur et de dignité qui ont toujours caractérisé les Burundais depuis les temps immémoriaux. Nous refuserons toute une aide, un don ou un crédit qui viendrait salir la dignité du peuple burundais ou qui perturberait l’ordre des valeurs humaines et culturelles burundaises que nos ancêtres nous ont légués. Personne ne peut nous séparer de la base des valeurs ancestrales, et nous ne tolérerons aucune personne qui tenterait de couper le cordon ombilical qui nous lie avec nos aïeux », a-t-il martelé.
A ce même titre, le Numéro Un Burundais a également indiqué que les burundais souhaitent que la Communauté Internationale comprenne que notre pays n’est plus au stade des aides d’urgence. Il a fait savoir encore une fois que le Burundi est mûr pour recevoir des aides de développement et contracter des crédits au taux d’intérêt raisonnables pour initier lui-même ses projets pour un développement durable qui réponde aux désidératas de fils et des filles du Burundi.