Le Président de la République Son Excellence Pierre NKURUNZIZA a tenu ce vendredi à Ngozi, une réunion d’évaluation du secteur du café au Burundi à l’intention des représentants des associations qui operant dans ce secteur ainsi que tous les intervenants dans le domaine du café dès la plantation jusqu’à la commercialisation.

Cette réunion avait pour objectif d’évaluer  l’état de la mise en applications des recommandations issues de la réunion du 23 Novembre 2018, qui s’était tenue à Ijenda en commune Mugongomanga de la province Bujumbura. Rappelons que les conclusions qui étaient émises  ordonnaient les responsables des associations à payer les caféiculteurs à temps, payer les taxes communales et rassembler le plus tôt possible les devises collectées.

Il s’est avéré que certaines associations qui interviennent dans ce domaine n’ont pas honoré ses engagements surtout en rapport avec le paiement à temps des caféiculteurs, alors que la date limite ne devrait pas dépasser le 31 décembre 2018.
Selon les informations fournies par l’ARFIC, huit associations n’ont pas respecté ces recommandations, raison pour laquelle ils n’ont pas le droit d’opérer dans le secteur café au cours de la campagne 2019-2020.
L’ARFIC a également relevé un autre cas de certains opérateurs qui ont déjà payé les caféiculteurs mais ne veulent pas exporter à temps le café, prétextant de la chute du coût de café au marché international. Il a été recommandé d’en faire des investigations pour pouvoir détecter la vérité et punir les auteurs.

Le Chef de l’Etat s’est dit satisfait de l’évolution significative au niveau de l’Office Burundais des Recettes OBR, surtout en ce qui est de la mise en œuvre de la journée des contribuables chaque année. Il en a alors profité pour demander à l’ARFIC d’en emboiter les pas et organiser une journée qui serait dédiée à la filière café au Burundi.