Login to your account

Username *
Password *
Remember Me

Create an account

Fields marked with an asterisk (*) are required.
Name *
Username *
Password *
Verify password *
Email *
Verify email *
Captcha *
Reload Captcha

Présentation du Burundi

 Le Burundi est un petit pays d’Afrique Centrale avec une superficie de 27834 km2. Ce pays est subdivisé en 5 régions éco-climatiques  à savoir la plaine occidentale de l’Imbo, l’escarpement occidental du Mumirwa, la crête Congo-Nil, les plateaux centraux, la dépression du Kumoso à l’Est et la dépression du Bugesera au Nord-Est. Le climat du Burundi est tropical humide influencé par l’altitude qui varie entre 773 m et 2670 m. Il est caractérisé par une alternance de la saison pluvieuse qui s’étend généralement du mois d’Octobre à Mai et de la saison sèche qui va de Juin à Septembre. Les précipitations minimales sont de l'ordre de 500 mm et s'observent dans la plaine de la Rusizi, alors que les maxima atteignent 2200 mm dans les régions de hautes altitudes. La moyenne annuelle de température la plus élevée est de 24,1°C (plaine de l’Imbo) tandis que la plus faible est de 15,6°C (Rwegura). Au point de vue géologique, la majeure partie du Burundi est couverte par des roches d’âge précambrien composé de 3 grands ensembles géologiques à savoir l’archéen, le Burundien et le Malagarazien.

Au point de vue pédologique,  on distingue plusieurs types des sols. Dans la plaine de l’Imbo, les sols sont récents, établis sur des sédiments lacustres ou des alluvions fluviatiles. Sur les contreforts des Mumirwa, les sols sont relativement fertiles mais facilement érodables compte tenu de la topographie de la région. Sur la crête, les sols sont conservés sous le couvert végétal et fortement lessivés dans les zones longtemps déforestées. Aux plateaux centraux, les sommets des collines sont fréquemment occupés par des sols pauvres et peu épais et dans les vallées, s’accumule un sol sableux humifère. Dans le Bugesera, les sols sont des substrats très érodables, particulièrement inertes, avec une couche humifère très mince. Les sols de marais sont pour la plupart riches en matières organiques. Dans la dépression de Kumoso, on y distingue des ferrisols et des sols ferralitiques sur les collines et les pentes. Les kaolisols sont rencontrés à la proximité des vallées. Les marais comprennent des sols bruns tropicaux fertiles. Le Burundi dispose d’un réseau dense de cours d’eau permanents et de nombreux axes de drainage. Il est très riche en lacs naturels dont le lac Tanganyika et en lacs de retenue.

Au point de vie démographique, le Burundi est un pays très surpeuplé avec une population estimée à 8038618 millions d’habitants avec un taux de croissance démographique annuel de 3%. La densité est de 310 Hab/km². L’espérance de vie est de 44 ans. Avec une moyenne de 7 naissances par femme, il est certain que cette densité continuera d’augmenter et pourrait doubler en 20 ans.

Au point de vue socio-économique, le Burundi est classé parmi les cinq pays les plus pauvres du monde. L’Indice de Développement Humain pour le Burundi est 0,282 aujourd'hui, ce qui place aujourd'hui le pays à 166 de 169 pays disposant de données comparables. Selon les données statistiques de la Banque Mondiale, 54 % de la population actuelle vit au-dessous du seuil international de pauvreté fixé à 1 USD par jour, et 88 % de la population vit au-dessous du seuil de 2 USD. Le Produit intérieur brut (PIB) du Burundi était de 1325 Millions de Dollars en 2009 et son taux de croissance réelle est variable mais reste en dessous de 5%. Le revenu annuel par habitant est en baisse et est 109 $US en 2006. Le Burundi est un pays essentiellement agricole. Selon le SCLP, l'agriculture et l'élevage contribuent pour une fraction généralement entre 40 % et 60 % du PIB. Le secteur forestier et agroforestier contribue pour environ 2 % du PIB et fournit 6 % d’emplois. Le secteur secondaire, en général, concourt à peine pour 20 % du PIB et emploie moins de 3 % de la population active occupée. Le secteur tertiaire contribue pour près de 30 % au PIB et occupe plus ou moins 4,5 % de la population active. L’agriculture a elle seule absorbe plus du tiers des investissements dans l’appareil productif, et cette part est en augmentation. L’apport des partenaires techniques et financiers est significatif et sur les 44,5 milliards consacrés à l’agriculture, 33,5 proviennent des dons extérieurs.


  1. populaire
  2. Tendances
  3. commentaires

Calender

« February 2017 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28