Son Excellence Denise Nkurunziza, la Première Dame du Burundi et Représentante de l’Organisation des Premières Dames d’Afrique contre le Sida (OPDAS) au Burundi a dirigé un atelier à l’intention des leaders locaux (Gouverneurs et administrateurs communaux) de la région sud du Burundi et les acteurs du système de Santé (Médecins directeurs des provinces sanitaires, Médecins Chef de Districts, Médecins Directeurs des hôpitaux). Cet atelier qui a réuni plus de 90 participants en provenance de Rutana, Makamba, Bururi, Rumonge et Mwaro a eu lieu en date du 21 Décembre 2017 à l’Hôtel AIKA Touristic se trouvant au chef-lieu de la Province de Rutana, pour mobiliser ces derniers sur leur implication dans la PTME (Prévention de la Transmission du VIH de la mère à l’enfant) et la prise en charge pédiatrique du VIH.

Pour l’Epouse du Chef de l’Etat, le Burundi a déjà enregistré une avancée significative en matière de PTME, mais des lacunes ne manquent pas et devraient être améliorées. Il s’agit notamment des difficultés de la mise à échelle de la PTME au Burundi qui sont en partie dues aux barrières socioculturelles et à la mentalité des uns des autres. Or, le Burundi comme les autres pays, veut atteindre l’objectif « Zéro nouvelle infection au VIH et Zéro discrimination » en 2030. Pour y arriver, toute la communauté burundaise et surtout les leaders locaux et les acteurs du système de santé doivent être impliqués dans ce combat d’éradiquer le sida.

Comme l’a annoncé la Première Dame, ledit atelier est organisé pour susciter la grande implication des participants dans le programme de la prévention du VIH pour que d’ici en 2020 d’abord, 90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur état sérologique, 90% des personnes conscientes de leur séropositivité reçoivent un traitement antiretroviral, et 90% des personnes sous traitement présentant une charge virale indétectable.

Dans ses recommandations, la Première Dame du pays a incité les administratifs et médecins à prêcher par le bon exemple en se faisant dépister volontairement avant de sensibiliser les autres. Elle a aussi souligné que les leaders doivent se débarrasser de tous comportements indignes comme l’adultère, la polygamie et l’ivresse qui sont les moteurs importants du VIH.

Les participants à cet atelier qui a duré plusieurs heures ont suivi des présentations dont l’Etat des lieux de la PTME et de la PEC pédiatrique, et un témoignage poignant d’un militaire du nom de Kameya, porteur du VIH depuis plus de 17 ans et dont la famille est bénéficiaire du programme PTME et PEC Pédiatrique.

Notons que cette activité s’inscrit dans le cadre des festivités de la célébration de la Journée Mondiale de Lutte contre le Sida, édition 2017.