Son Excellence le Président de la république du Burundi Pierre Nkurunziza a reçu en audienc ce mardi, le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les Réfugiés Monsieur FILLIPO GRANDI. Leurs échanges ont porté sur la question des réfugiés au Burundi et dans la Sous-Région. Il est arrivé au Burundi après un périple en République Démocratique du Congo et au Rwanda.

S’adressant à Monsieur GRANDI, Son Excellence Pierre NKURUNZIZA a dressé brièvement le tableau de la situation sécuritaire du pays et celle des réfugiés. Il a informé son hôte que le Burundi a accueilli et continue d’accueillir des Réfugiés en provenance des pays voisins notamment la RDC. La bonne situation sécuritaire du pays permet que ces réfugiés rentrent très nombreux et soient accueillis dans de bonnes conditions, a précisé le Président de la République du Burundi.

Sur la question des réfugiés Burundais se trouvant dans les pays voisins, le Président de la République salue la bonne collaboration entre les autorités burundaises et tanzaniennes dans la facilitation du processus de rapatriement. Cependant, Son Excellence Pierre Nkurunziza a déploré les résistances qui s’observent du côté du Rwanda où ce mouvement de rapatriement est ralenti voir parfois freiné par les autorités de ce pays. Son Excellence NKURUNZIZA a continué en déplorant les spéculations malsaines quant aux chiffres livrés par le HCR en ce qui concerne le nombre de réfugiés, soulignant que le Gouvernement du Burundi trouve ces chiffres exagérés, car, ne correspondent pas à la réalité observable sur terrain. C’est notamment lorsque certains fonctionnaires du HCR avancent le chiffre de plus de 400 mille réfugiés alors que le Burundi a déjà enregistré plus de 200 mille rapatriés ces deux dernières années. Le Président de la république a informé le Haut-Commissaire de l’accueil réservé aux plus de 2500 rapatriés en provenance du Rwanda, qui sont tous retournés chez eux sans problème et ont trouvé leurs biens intacts, ce qui n‘était pas le cas dans les années passées. Il a toutefois fait observer à son hôte, que le Rwanda n’a pas respecté les normes qui régissent l’accueil et le séjour des réfugiés dans les pays tiers. Sur ce point, Son Excellence Pierre NKURUNZIZA a relevé notamment l’enrôlement des réfugiés dans des mouvements armés; un fait qui n’avait rien de nouveau puisque par le passé, des enfants soldats en provenance du Rwanda ont été attrapés au Burundi, les armes à la main avant d’être remis à leurs parents. Ils ont témoigné avoir été entraînés et armés au Rwanda voisin.

Prenant la parole à son tour,  Monsieur Filippo GRANDI a remercié le peuple Burundais de l’hospitalité qu’il continue à accorder aux réfugiés des pays voisins se trouvant sur son territoire notamment ceux en provenance de la RDC. Il a promis que le HCR va plaider pour une assistance en faveur du Burundi. Monsieur GRANDI s’est aussi félicité du processus de rapatriement qui continue notamment à travers la tripartite Burundi-HCR-Tanzanie. Il a confirmé la volonté de la Communauté internationale d’aider au retour des réfugiés mais a tenu à souligner que le principe de retour volontaire restera la norme de rigueur. Il a fustigé certaines informations faisant état des fonctionnaires du HCR qui tenteraient d’empêcher les réfugiés de retourner chez eux.

Concernant les polémiques nées autour du nombre des réfugiés, Monsieur GRANDI a informé Son Excellence le Président de la république qu’un processus de recomptage biométrique est en cours pour avoir des données correctes dans les jours qui viennent.  Monsieur GRANDI a informé Son Excellence le Président de la république qu’au cours de son passage à Kigali, il a informé le Président du Rwanda sur les préoccupations qu’avaient son organisme quant au respect du principe de non militarisation des camps de réfugiés. Il a dit avoir obtenu la collaboration des autorités Rwandaises pour la mise en place d’un système de contrôle pour éviter les violations de ce principe. Toujours à propos des réfugiés Burundais se trouvant sur le sol Rwandais, le Haut-Commissaire a suggéré la création d’une tripartite entre le HCR, les Gouvernements Burundais et Rwandais pour un dialogue sur cette question. Selon lui, cette proposition a rencontré l’adhésion des deux Chefs d’Etat et une proposition pour la concrétisation de cette idée sera bientôt mise sur la table par le HCR. Enfin, Monsieur GRANDI a promis de poursuivre la collaboration avec le Gouvernement Burundais.