Mois : juin 2018

L’ambassadeur de la Tanzanie fait ses adieux à Son Excellence Pierre Nkurunziza

Le Président de la République du Burundi Son Excellence Pierre Nkurunziza a reçu en audience dans son Cabinet mercredi 20 juin 2018, l’Ambassadeur de la République Unie de Tanzanie Radjabu Hassan Gamaha, venu présenter ses adieux au terme de son mandat. Le Chef de l’Etat Burundais a remercié l’Ambassadeur Gamaha pour le travail énorme et louable qu’il a accompli en si peu de temps, « trois ans passés au Burundi, beaucoup de choses ont été faites » a dit Son Excellence  Président Pierre Nkurunziza, citant l’exemple de la solidarité remarquable entre le Burundi et la Tanzanie lorsqu’en 2015, des ennemis du Burundi ont tenté de renverser des institutions démocratiquement élues à travers une insurrection et une mutinerie.

L’ambassadeur Tanzanien a félicité le Président  de la République Pierre Nkurunziza pour avoir bien géré le processus électoral de 2015 et d’avoir maintenu la paix et la sécurité dans le pays malgré les défis. Le diplomate Tanzanien a également félicité le Président de la République et son Gouvernement pour un processus référendaire ainsi que la promulgation de la Constitution qui augure une nouvelle ère pour le Burundi.

S’adressant à la presse à l’issue de l’entretien, l’Ambassadeur Gahama a parlé des projets d’infrastructures qui vont promouvoir les relations commerciales entre le Burundi et la Tanzanie tels que la construction d’une route transnationale Rumonge-Bujumbura, route Nyanza Lac – Bujumbura et la route Makamba – Kasulu ainsi que Cankuzo – Gasumo qui va réduire sensiblement la distance entre Dar-es-Salaam et Bujumbura.

Au terme de son mandat, l’Ambassadeur Tanzanien a signalé qu’il laisse le projet de construction du chemin de fer à partir de l’Uvinza en Tanzanie jusqu’à Musongati à l’est du Burundi qui servira beaucoup sur le transport des minerais comme le Nickel. « Le projet de construction d’un barrage hydroélectrique régional sur la Rusumo fournira l’électricité au Burundi, en Tanzanie et au Rwanda, a rappelé l’Ambassadeur Radjabu Hassan. En outre, « le vol Air Tanzania sera opérationnel entre Bujumbura et Dar es Salaam au cours du mois prochain » a indiqué le Diplomate Tanzanien.

La Première Dame lance la semaine de la santé mère- enfant 1ère édition

Ce Mardi 19 juin 2018, en commune Matongo de la province de Kayanza, la Première Dame du Burundi Denise Nkurunziza a lancé officiellement la première édition de la semaine dédiée à la santé mère-enfant couplée à la 8ème semaine africaine de vaccination. Cette activité à dimension nationale a a été organisée par le Ministère de la santé publique et de la lutte contre le Sida sous le thème: « Les vaccins ça marche faites votre part ».
Au Burundi, la Semaine Santé Mère Enfant (SSME) est organisée deux fois par an pour offrir un paquet d’interventions à haut impact destiné à améliorer la santé des mères et des enfants.
Selon la Première Dame du pays, il y aura, au cours de cette semaine dédiée à la Santé Mère- Enfant, des interventions traditionnelles de supplémentation en Vitamine A chez les enfants de 6 à 59 mois, du déparasitage à l’albendazole chez les enfants de 1 à 14 ans et chez les femmes enceintes au 2ème et 3ème trimestre de la grossesse dans tout le pays. Il y aura également la deuxième édition du vaccin contre le cancer du col pour les filles âgées de 10 ans ou qui se trouvent en troisième année primaire dans les districts sanitaires de Ngozi et Rumonge. Aussi, les vaccins anti-rougeoleux et anti-rubéoleux pour les enfants de moins de deux ans.

Dans son discours, la Première Dame a exhorté les parents à utiliser la moustiquaire imprégnée d’insecticides pour se protéger contre la malaria.
Son Excellence Denise Nkurunziza a fait appel à tous les concernés de venir bénéficier de ces services qui leur sont offerts et aux parents de bien nourrir leurs enfants par des fruits et légumes pour lutter contre les maladies oculaires.
Elle a salué les efforts du gouvernement dans le domaine de la santé car, « le développement durable dépend d’une population saine, capable de produire ».
L’Epouse du Chef de l’Etat a enfin remercié tous les partenaires du Ministère de la santé publique et de la lutte contre le sida pour leur louable contribution. Les cérémonies ont été clôturées par l’octroi d’une assistance alimentaire à 700 familles les plus démunies. Chaque famille a bénéficié de 10 kg de la part de la Première Dame.

Le Burundi abrite la 10ème réunion du Groupe de Travail Africain sur l’Alimentation et la Nutrition

Le Burundi accueille du 19 au 21 juin 2018, la 10ème réunion du Groupe de Travail Africain sur l’Alimentation et la Nutrition pour le Développement (ATFFND), un événement organisé par le Gouvernement de la République du Burundi en collaboration avec l’Union Africaine.

Les travaux de cette 10ème  réunion tenue sous le  thème : «la nutrition comme un moteur du développement durable et la transformation de l’Afrique» ont été ouverts par Son Excellence Dr. Joseph Butore, Deuxième Vice-Président de la République mardi le 19 juin 2018, à l’Hôtel Club du Lac Tanganyika.

La 10ème  réunion a pour objectif de revoir les recommandations de la 9ème réunion, évaluer le progrès réalisé au niveau des initiatives dirigés par l’Union Africaine et les partenaires dans le but d’accélérer la mise en œuvre de la déclaration de Malabo de 2014 sur la sécurité nutritionnelle pour une croissance économique inclusive et un développement durable.

 

Dans son allocution d’ouverture, le Deuxième Vice-Président de la République, a indiqué que la malnutrition et l’insécurité alimentaire dans les pays en voies de développement constituent des problèmes réels et multifactoriels aux conséquences lourdes, non seulement sur la santé physiques et intellectuelles, mais aussi sur le développement socioéconomique.

SE Dr. Joseph Butore a mis en exergue certaines des causes fondamentales de la malnutrition et l’insécurité alimentaire observées dans les pays en voies de développement à savoir le faible accès des ménages aux ressources en quantité et en qualité suffisantes, un capital financier, humain, matériel et social insuffisant, ainsi que les contextes socioculturels, économique et politique.

Le Deuxième Vice-Président de la République a remercié, au nom du  Gouvernement du Burundi, l’Union Africaine, pour avoir  accepté de tenir cette réunion au Burundi, ajoutant que la Nutrition et la Sécurité Alimentaire figurent parmi les priorités du pays pour le moment.

Il a précisé que cet engagement du Gouvernement du Burundi d’inscrire la Nutrition et la Sécurité Alimentaire parmi les priorités du pays se manifeste dans  la prise en compte des indicateurs nutritionnels dans les documents de politique de développement notamment la Vision Burundi 2025 et le Plan National de Développement (PND), qui va bientôt remplacer le Cadre Stratégique de Croissance et de Lutte contre la Pauvreté – 2ème génération, CSLP II.

  

« Les efforts du Gouvernement Burundais dans la mise en œuvre des recommandations formulées par les Dirigeants Africains, dans la déclaration de Malabo de 2014, sur la sécurité nutritionnelle pour une croissance économique inclusive, et un développement durable se concrétisent par de multiples interventions spécifiques et sensibles à la nutrition, mises en œuvre suivant une approche multisectorielle, à travers un fort engagement politique et un leadership responsable », a souligné Son Excellence Dr. Joseph Butore.

Il a, par ailleurs, informé l’assistance que la nutrition et la sécurité alimentaire font partie du cadre global de développement, et se trouve dans la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD).

Le Deuxième Vice-Président de la République a, en outre, invité les pays africains à travailler encore plus dur pour éviter les conséquences à long terme de la malnutrition sur la prospérité des enfants, futures cadres des pays africains, sans oublier le risque accru des maladies non transmissibles liées à l’alimentation telles que le diabète et l’hypertension artérielle.

« Des efforts restent à consentir pour renforcer la nutrition et la sécurité alimentaire dans nos pays, à travers la construction d’un environnement favorable, permettant de rassembler les parties prenantes dans un espace d’action commun; de garantir un cadre politique et juridique cohérent; d’aligner les actions sur un cadre commun des résultats et surtout développer des stratégies de mobilisation des ressources domestiques et externes », a insisté Son Excellence Dr. Joseph Butore.

Il a, cependant, rappelé les facteurs importants à ne pas oublier pour la faisabilité de toutes les interventions à savoir la stabilité politique des pays africains et la maîtrise de la croissance démographique.

Après les cérémonies d’ouverture officielle de la réunion, Son Excellence Monsieur le Deuxième Vice-Président de la République, en compagnie du Chef de la délégation de l’Union Africaine, Mme Dr. Margaret Agama- Anyeteim,  a visité les stands de quelques produits alimentaires cultivés au Burundi.