Kirundi || Français

Le Président Ndayishimiye rappelle que la sauvegarde de la culture est un devoir qui incombe à tout Burundais

Le Président Ndayishimiye rappelle que la sauvegarde de la culture est un devoir qui incombe à tout Burundais

Lors de sa descente ce 19 janvier au sanctuaire des tambours sacrés à Gishora en Commune Giheta de la Province Gitega, le Chef de l’Etat Son Excellence Evariste Ndayishimiye s’est joint à ses compatriotes tambourinaires dans un numéro culturel inédit, un geste qu’il a posé pour rappeler que la sauvegarde de la culture est un devoir qui incombe à tout Burundais.

Ancien tambourinaire dès son jeune âge dans sa Commune Natale de Giheta, le Président de la République qui était accompagné de la Première Dame, Son Excellence Angeline Ndayubaha Ndayishimiye et de son fils n’a pas hésité à se mettre en uniformes de tambourinaire pour jouer le tambour afin de valoriser ce patrimoine culturel et cela cultive davantage le sentiment de patriotisme dans les jeunes et futures générations.

La Famille Présidentielle qui a visité le sanctuaire des tambours sacrés à la clôture des vacances gouvernementales a pu se ressourcer en histoire du Burundi. En effet, ce site historique a servi de Palais Royal et de lieu de refuge pour le Roi Mwezi Gisabo pendant 8 mois quand il essayait de résister à l’invasion allemande en 1903. Le Couple Présidentiel a pris le temps d’admirer les outils traditionnels et les greniers qui ont servi de cachette à un des grands monarques que le Burundi ait connu et qui régna de 1820 à 1908.

Par ailleurs, le sanctuaire des tambours sacrés de Gishora abrite les 2 tambours sacrés (Ruciteme et Murimirwa) vieux de 119 ans qui ont été fabriqués à partir des peaux de 2 vaches que le Roi Mwezi Gisabo avait octroyées au vieux Nyabidaha en geste de remerciement pour lui avoir fourni une cachette.

Les deux tambours se jouaient une fois pendant la nuit au mois de décembre, a-t-on appris de Oscar NSHIMIRIMANA, gardien et guide de ce sanctuaire.

shares