Kirundi || Français

« Le Burundi a besoin d’un capital pour amorcer son développement sectoriel »

« Le Burundi a besoin d’un capital pour amorcer son développement sectoriel »

Au moment où le Président de la République Son Excellence Evariste Ndayishimiye s’entretenait mercredi au Palais N tare Rushatsi, avec Pascal YEMBILINE le nouveau Responsable Pays à la Banque Africaine de Développement (BAD en sigle), il a réitéré son souhait de voir les partenaires octroyer au Burundi un Capital de démarrage du développement dans tous les secteurs y compris le désenclavement interne et externe du Burundi.

« Le Burundi a besoin de la BAD en ce moment où il démarre son développement. Nous avons de ressources nécessaires, manque seulement le capital », a martelé le Président Ndayishimiye après avoir constaté que l’aide au développement au nom du Burundi depuis des années n’a pas donné des résultats escomptés.

Les deux personnalités ont échangé en long et en large sur les projets prioritaires liés aux infrastructures routières, à la technologie agricole, la formation, etc. Le nouveau Responsable
Pascal YEMBILINE a informé le Chef de l’Etat que la BAD partage avec lui la même vision de pouvoir nourrir et industrialiser l’Afrique.

« Notre slogan « Devant la lumière, les bandits reculent »; ainsi notre Banque plaide pour l’accès à l’énergie, le soutien aux zones de rayonnement agricole, aux infrastructures pour faciliter le transport », a dit YEMBILINE tout en spécifiant que la réhabilitation du Port de Bujumbura, du chemin de fer et de certaines routes, constituent des projets prioritaires de la BAD au Burundi.

« Nous allons évaluer ensemble l’appui budgétaire de chaque année et la réussite ou l’échec sera pour nous tous », a conclu le Président Ndayishimiye.

shares