Kirundi || Français

La Première Dame SE Angeline NDAYISHIMIYE contribue pour le bien-être des malades mentaux

La Première Dame SE Angeline NDAYISHIMIYE contribue  pour le bien-être des malades mentaux

Il s’est tenu, ce lundi 24 octobre 2022 à Gitega, un Atelier National sur la Santé Mentale au Burundi, sous le thème: » Faire de la santé mentale et du bien-être pour tous une priorité mondiale ». C’était sous le haut patronage de Son Excellence la Première Dame de la République du Burundi et Présidente de la Fondation Bonne Action UMUGIRANEZA.

 

Ces activités ont été organisées en marge de la célébration de la journée mondiale dediée à la santé mentale qui normalement est célébrée le 10 octobre de chaque année. Au Burundi cette journée sera célébrée à Ngozi en date du 25 octobre 2022.

 

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé « OMS », la santé mentale est un « état de bien-être qui permet à chacun de réaliser son potentiel, de faire face aux difficultés normales de la vie, de travailler avec succès et de manière productive, et d’être en mesure d’apporter une contribution à la communauté ».

 

Au cours de cet atelier, les présentateurs sur différents thèmes ont montré que les causes des maladies mentales sont notamment les violances basées sur le genre, les effets des guerres civiles, l’injustice sociale, la consommation des drogues…etc

 

Tous les intervenants au secteur de la santé mentale présents à cet atelier ont insisté sur la nécessité de création d’un Programme National de Santé Mentale.

 

Dans son discours, la Première Dame SE Angeline NDAYISHIMIYE a indiqué que les préjugés et les mauvaises croyances au tour de la maladie mentale engendrent de la stigmatisation et des violences de tout genre envers les malades et le recours aux soins appropriés est aussi compromis. Du point de vue des violences, la femme reste la plus vulnérable à cause des violences sexuelles et autres violences basées sur le genre dont elle peut être victime pendant les moments d’inconscience et surtout d’errance pathologique.

 

Elle a signalé que la santé mentale, couplée avec le bien-être en général est un domaine très large et multisectoriel qui nécessite une implication et une collaboration plus large et mieux coordonné dans le cadre d’un programme national dans la mesure du possible.

 

Au moment où il s ‘observe moins de structures de soins de santé qui traitent les malades mentaux, la Première Dame a  lancé un appel aux intervenants en santé mentale à plus d’action dans ce secteur. Elle a aussi proposé à ce que chaque structure de soins de santé au Burundi ait au moins un psychologue pour écouter et orienter les patients.

Elle a en outre demandé à tous les Burundais de bien prendre en charge les malades mentaux et de savoir que la maladie mentale est guerrissable si elle est bien traitée.

Vous saurez que la Première Dame à travers la Fondation Bonne Action UMUGIRANEZA a déjà mis en place à Ngozi, un centre médicale d’écoute et de prise en charge prise en charge psychosociale.

shares