Auteur : Rénovat Nimbona

Trois grandes institutions de l’Etat en synergie pour le respect du plan cadastral du quartier Kiyange dit «Quartier Miroir»

Mairie de Bujumbura-Burundi : Le 04 juin 2018, Très Honorable Monsieur le Président du Sénat Réverien Ndikuriyo, Son Excellence Monsieur le Premier Vice-Président de la République Gaston Sindimwo et Son Excellence Monsieur le Deuxième Vice-Président de la République Dr. Joseph Butore ont effectué une descente conjointe au quartier Kiyange, dit «Diplomatique» ou «Quartier Miroir» à Buterere en Mairie de Bujumbura.

L’objectif de la descente était de faire le suivi de la mise en œuvre des recommandations issues de la descente effectuée par Son Excellence le Deuxième Vice-Président de la République en date du 30 novembre 2017, qui consistent à respecter le plan cadastral conçu pour ce quartier Miroir.

Sa conception à tout prévu pour que ses habitants soient à l’aise. Les maisons y érigées doivent être de haut standing, donc un quartier de niveau supérieur. Le quartier abritera des Chancelleries et des Résidences pour les Missions Diplomatiques accréditées au Burundi. Il dispose des espaces récréatifs qui doivent être aménagés à l’instar du Jardin Publique se trouvant en Zone Rohero au centre-ville de la capitale en vue d’accorder à ses habitants des facilités d’épanouissement et de divertissement.

L’emplacement de ce quartier est stratégique. Le quartier est à l’entrée de la Capitale, non loin de l’Aéroport International de Bujumbura. C’est le premier quartier qui est vu par nos visiteurs qui arrivent par avion. Selon les trois personnalités, le Gouvernement doit faire un suivi approprié pour que la concrétisation de ce projet soit effective car sa réussite sera un succès pour tous les Burundais, une fierté Nationale.

La visite a fait constater qu’il y avait encore des espaces occupés par des activités champêtres qui devraient cesser avant d’envisager un quelconque aménagement. La situation se présente ainsi au moment où les premiers occupants habitent déjà leurs maisons et ont donc besoin d’un espace pour s’épanouir, d’où ces autorités se sont engagées à passer à la vitesse supérieure.

Les trois grandes institutions du pays ont conjointement organisé la descente dans ce quartier pour montrer qu’elles travaillent en synergie sur cette question devenue une préoccupation nationale.

 

Le Deuxième Vice-Président de la République clôture le tournoi de l’Espérance, édition 2018

Le Dimanche 24 juin 2018, Son Excellence Monsieur le Deuxième Vice-Président de la République, Dr. Joseph Butore, a procédé à la clôture du Tournoi de l’Espérance 2018, première édition, un tournoi inter-écoles fondamentales du pays, organisé par le Ministère de l’Education, de la Formation Technique et Professionnelle.

Dans le mot de bienvenue, Dr. Janvière Ndirahisha,  Ministre de l’Education, de la Formation Technique et Professionnelle a indiqué que c’est la première fois qu’un tel tournoi soit organisé à l’instar des tournois interscolaires qui étaient organisés avant la crise de 1993.

A son tour, le Deuxième Vice-Président de la République a remercié le ministre en charge de l’éducation pour avoir organisé ce tournoi. Il a indiqué que le football est un sport qui contribue énormément à l’épanouissement de la jeunesse et au développement du pays. Il a interpellé les investisseurs de soutenir de telles initiatives en matière du sport.

Le match de clôture a opposé l’ECOFO Kayanza I et l’ECOFO COMIBU Buyenzi. Le match s’est terminé par un score nul. Il a continué par la séance des tirs au but. L’ECOFO COMIBU Buyenzi a remporté le tournoi avec 5 buts contre 4 de l’ECOFO Kayanza I.

 

 

 

Le Deuxième Vice-Président de la République visite les champs des agriculteurs du sorgho blanc de Mishiha, encadrés par la BRARUDI

Le samedi 23 juin 2018, le Deuxième Vice-Président de la République, Son Excellence Dr. Joseph Butore, a effectué une descente en commune Mishiha, province Cankuzo, en vue de se compte de l’état des lieux du projet de développement de la filière sorgho à travers les agriculteurs regroupés dans des coopératives, encadrées par société la Brasseries et Limonaderies du Burundi, BRARUDI S.A en sigle.

La visite a commencé par les champs d’expérimentation et de multiplication des variétés de sorgho situés à Mwiruzi, puis il a visité les champs des agriculteurs du sorgho blanc, regroupés en 7 coopératives qui bénéficient d’un encadrement technique et financier de la part de la BRARUDI.

Dans allocution après la visite, Son Excellence le Deuxième Vice-Président de la République a indiqué que la visite est effectuée quelques jours la tenue du Salon Industriel, qui a été récemment organisé à l’Hôtel Club du Lac Tanganyika. Il a confié qu’il a été très intéressé par les stands de la BRARUDI avec des produits purement burundais comme la bière « Nyongera » qui est 100% burundais car fabriquée à base du sorgho produit au Burundi.

SE Dr. Butore Joseph a félicité les agriculteurs encadrés par la BRARUDI pour avoir contribué à la mise en application de la recommandation du Gouvernement invitant tous les burundais et investisseurs à mettre un accent particulier sur la transformation des produits agroalimentaires en vue de les valoriser.

Il a précisé que ce projet aide à réduire les dépenses en devises étant donné que le gros des matières premières utilisées par cette brasserie est importé de l’étranger. Il a ajouté que le projet contribue à valoriser les potentialités agricoles et économiques du pays.

Le Deuxième Vice-Président de la République a, en outre, demandé à la BRARUDI de vulgariser cette variété de sorgho blanc dans d’autres provinces du pays en vue de la promotion de la filière sorgho.

Parlant de la contribution du Gouvernement dans ce projet, SE Dr. Joseph Butore a confié que le Gouvernement n’a pas taxé la bière « Nyongera » pour les premières années de production. Le Gouvernement a également subventionné les intrants notamment à travers son programme national de subvention des engrais chimiques.

Le Deuxième Vice-Président de la République a clôturé son allocution a prodiguant des conseils à la population de Mishiha. Il lui a demandé de s’atteler de plus aux travaux de développement, à prôner à la sauvegarde la paix et la sécurité, de continuer à contribuer à la promotion de la filière sorgho. Il a enfin confié à cette population qu’une réponse à leur préoccupation de l’impraticabilité de la route reliant Mishiha à Cankuzo pour acheminer le sorgho récolté vers Gitega, a été trouvée.

Il sied de signaler que la BRARUDI S.A encadre plus de 15.000 agriculteurs réunis au sein de 24 coopératives répartis en 7 provinces. Outre l’accompagnement technique et financier que la BRARUDI offre aux agriculteurs, elle constitue avant tout un marché d’écoulement de plus de 10.000 tonnes de sorgho par an, car de 2009 à 2017, le Projet Sorgho a permis de passer la production de 152 à 10.000 tonnes par an. Dans la plaine de l’Imbo, la variété Gambella est cultivée sur deux saisons (A et B) et représente 20% de la production tandis que  la variété sorgo blanc (Urubere), cultivée à l’Est du pays est cultivée sur une saison (B) et représente 70% de la production.

Toujours dans l’objectif d’assurer l’approvisionnement durable et accroître les revenus des producteurs locaux, et en collaboration avec la Faculté d’Agronomie et de Bio-ingénierie, la BRARUDI S.A apporte son appui dans l’encadrement des agriculteurs et dans l’amélioration des variétés de sorgho en vue d’un meilleur rendement agricole et l’obtention des produits de qualité.

 

Lancement du Projet de Développement Local pour l’Emploi

Son Excellence Monsieur le Deuxième Vice-Président de la République, Dr. Joseph Butore, a procédé, jeudi le 21 juin 2018, au lancement officiel des activités du Projet de Développement Local pour l’Emploi (PDLE), financé par la Banque Mondiale.

Dans son allocution, le Deuxième Vice-Président de la République a indiqué que le projet vise à aider la population burundaise à promouvoir le développement socio-économique du pays, en appuyant  les secteurs publics et privés, pour atténuer les effets sociaux et économiques négatifs de la crise que le pays a vécue par le passé, en particulier l’augmentation du chômage et la détérioration des services de base, ceux-ci posant un risque non négligeable pour la cohésion sociale.

Il a souligné que le projet va commencer avec 57 sous-projets d’infrastructures publiques spécialement ciblées sur les zones vulnérables et, dont la construction va créer des opportunités génératrices de revenus pour les populations locales et les Petites et Moyennes Entreprises du secteur de la construction, avec un financement de 20.8 millions de dollars américains. « Il s’agit de 12 marchés situés dans diverses provinces, 1 village des métiers au quartier industriel de Bujumbura, 20 sous-projets de réhabilitation des routes pour améliorer les infrastructures de transport locales, 6 centres de santé,  13 écoles, 2 centres de jeunes, 1 aire de jeux et 2 centres administratifs», a ajouté SE Dr. Joseph Butore.

Son Excellence Monsieur le Deuxième Vice-Président a, en outre, indiqué que le projet contribuera au renforcement des collectivités locales en améliorant le processus de décentralisation, tant au niveau du cadre juridique et réglementaire qu’en termes de mise en œuvre et de gestion du processus. « A travers ce projet, les collectivités locales seront à mesure de gérer correctement leurs investissements et recevoir le soutien optimal du Gouvernement Central grâce à un processus de décentralisation bien exécuté et efficace », a précisé le Deuxième Vice-Président de la République.

Par ailleurs, il a confié que pour le Gouvernement, le Projet de Développement Local pour l’Emploi contribuera à l’amélioration du cadre institutionnel de la décentralisation et l’élaboration du plan d’action pour sa mise en œuvre. Bien plus, le projet soutiendra également les institutions publiques et privé engagées dans la promotion et l’encadrement des investissements.

Il a, enfin, indiqué que le Gouvernement du Burundi se réjouit du partenariat entre le Burundi et la Banque Mondiale, en particulier le lancement du projet PDLE qui est dans la logique de la conformité avec les priorités du Gouvernement en matière de lutte contre la pauvreté et de la relance économique.  Il a invité les futures bénéficiaires des actions de ce projet de s’en approprier, en vue de s’assurer de la durabilité de ses acquis.

Le Burundi abrite la 10ème réunion du Groupe de Travail Africain sur l’Alimentation et la Nutrition

Le Burundi accueille du 19 au 21 juin 2018, la 10ème réunion du Groupe de Travail Africain sur l’Alimentation et la Nutrition pour le Développement (ATFFND), un événement organisé par le Gouvernement de la République du Burundi en collaboration avec l’Union Africaine.

Les travaux de cette 10ème  réunion tenue sous le  thème : «la nutrition comme un moteur du développement durable et la transformation de l’Afrique» ont été ouverts par Son Excellence Dr. Joseph Butore, Deuxième Vice-Président de la République mardi le 19 juin 2018, à l’Hôtel Club du Lac Tanganyika.

La 10ème  réunion a pour objectif de revoir les recommandations de la 9ème réunion, évaluer le progrès réalisé au niveau des initiatives dirigés par l’Union Africaine et les partenaires dans le but d’accélérer la mise en œuvre de la déclaration de Malabo de 2014 sur la sécurité nutritionnelle pour une croissance économique inclusive et un développement durable.

 

Dans son allocution d’ouverture, le Deuxième Vice-Président de la République, a indiqué que la malnutrition et l’insécurité alimentaire dans les pays en voies de développement constituent des problèmes réels et multifactoriels aux conséquences lourdes, non seulement sur la santé physiques et intellectuelles, mais aussi sur le développement socioéconomique.

SE Dr. Joseph Butore a mis en exergue certaines des causes fondamentales de la malnutrition et l’insécurité alimentaire observées dans les pays en voies de développement à savoir le faible accès des ménages aux ressources en quantité et en qualité suffisantes, un capital financier, humain, matériel et social insuffisant, ainsi que les contextes socioculturels, économique et politique.

Le Deuxième Vice-Président de la République a remercié, au nom du  Gouvernement du Burundi, l’Union Africaine, pour avoir  accepté de tenir cette réunion au Burundi, ajoutant que la Nutrition et la Sécurité Alimentaire figurent parmi les priorités du pays pour le moment.

Il a précisé que cet engagement du Gouvernement du Burundi d’inscrire la Nutrition et la Sécurité Alimentaire parmi les priorités du pays se manifeste dans  la prise en compte des indicateurs nutritionnels dans les documents de politique de développement notamment la Vision Burundi 2025 et le Plan National de Développement (PND), qui va bientôt remplacer le Cadre Stratégique de Croissance et de Lutte contre la Pauvreté – 2ème génération, CSLP II.

  

« Les efforts du Gouvernement Burundais dans la mise en œuvre des recommandations formulées par les Dirigeants Africains, dans la déclaration de Malabo de 2014, sur la sécurité nutritionnelle pour une croissance économique inclusive, et un développement durable se concrétisent par de multiples interventions spécifiques et sensibles à la nutrition, mises en œuvre suivant une approche multisectorielle, à travers un fort engagement politique et un leadership responsable », a souligné Son Excellence Dr. Joseph Butore.

Il a, par ailleurs, informé l’assistance que la nutrition et la sécurité alimentaire font partie du cadre global de développement, et se trouve dans la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD).

Le Deuxième Vice-Président de la République a, en outre, invité les pays africains à travailler encore plus dur pour éviter les conséquences à long terme de la malnutrition sur la prospérité des enfants, futures cadres des pays africains, sans oublier le risque accru des maladies non transmissibles liées à l’alimentation telles que le diabète et l’hypertension artérielle.

« Des efforts restent à consentir pour renforcer la nutrition et la sécurité alimentaire dans nos pays, à travers la construction d’un environnement favorable, permettant de rassembler les parties prenantes dans un espace d’action commun; de garantir un cadre politique et juridique cohérent; d’aligner les actions sur un cadre commun des résultats et surtout développer des stratégies de mobilisation des ressources domestiques et externes », a insisté Son Excellence Dr. Joseph Butore.

Il a, cependant, rappelé les facteurs importants à ne pas oublier pour la faisabilité de toutes les interventions à savoir la stabilité politique des pays africains et la maîtrise de la croissance démographique.

Après les cérémonies d’ouverture officielle de la réunion, Son Excellence Monsieur le Deuxième Vice-Président de la République, en compagnie du Chef de la délégation de l’Union Africaine, Mme Dr. Margaret Agama- Anyeteim,  a visité les stands de quelques produits alimentaires cultivés au Burundi.

SE Dr. Joseph Butore ouvre solennellement la 36ème Conférence de district 9150 de Rotary International

Bujumbura-Burundi : Le 26 avril 2018, au Zion Beach, Son Excellence Monsieur le Deuxième Vice-Président de la République, Dr. Joseph Butore, a présidé les cérémonies d’ouverture officielle de la 36ème édition de la Conférence du District 9150 de Rotary International, qui s’est déroulée sous le thème: «Rotary: Un impact Réel pour la Paix et le Développent Durable.»

Dans son allocution d’ouverture de la conférence, le Deuxième Vice-Président de la République, a félicité la famille rotarienne Burundaise, pour la qualité de l’organisation de l’évènement rassemblant les délégations venues de dix pays d’Afrique Sub-Saharienne. « Merci d’avoir fait de notre capitale, un espace agréable de rencontre, de formation et d’échanges fructueux et de convivialité », a exprimé Dr. Joseph Butore.

Il a également félicité Monsieur Frédéric Bishahushi, non seulement pour avoir valablement représenté le District 9150, en sa qualité de Gouverneur, mais aussi pour avoir honoré le pays, en tant que Gouverneur ressortissant du Burundi.

Son Excellence Dr. Joseph Butore a confié que le Gouvernement du Burundi reconnaît les efforts que le Rotary a engagés depuis des décennies à travers le Monde. Il a dit que le Gouvernement apprécie l’intervention de cette organisation dans les six importants axes en l’occurrence la paix et la résolution des conflits, la prévention et le traitement des maladies,  le développement économique et local ainsi que la santé de la mère et de l’enfant.

Pour ce qui concerne le Burundi, le Deuxième Vice-Président de la République a précisé que le Gouvernement soutient les réalisations déjà inscrits à son actif, à travers des projets divers.

A ce sujet, il a dit que le Gouvernement du Burundi apprécie à sa juste valeur la contribution du Rotary Club, notamment dans la lutte et l’éradication de la polio, ainsi que l’accompagnement des victimes de cette maladie, le traitement et l’opération de plus de 3.500 cas de cataracte et du Glaucome ainsi que la fabrication et la distribution gratuite des prothèses en faveur de plus de 1.500 handicapés des membres inférieurs.

« Le thème pour cette année, «Rotary: Un impact Réel pour la Paix et le Développent Durable», est toujours d’actualité dans le monde, en Afrique, et dans notre sous région. Il est choisi au moment où le Burundi s’est engagé résolument sur la voie du développement, et sur fond d’une paix retrouvée. », a souligné Son Excellence Dr. Joseph Butore.

Au moins 400 personnes, hommes et femmes, ont participé aux activités de cette conférence de District 9150 à savoir le Burundi pays hôte, le Rwanda, la République Démocratique du Congo, le Gabon, le Congo Brazzaville, le Cameroun, la Guinée Équatoriale, le Tchad, la République Centrafricaine et Sao Tomé- et- Principe. La 37ème conférence de district 9150 se déroulera à Yaoundé au Cameroun car le nouveau gouverneur de ce district est camerounais commencera à assumer ces fonctions en juillet 2018.

Un nouveau-né dans le secteur industriel du Burundi, dénommé « TLLINNO S.A »

Son Excellence Monsieur le Deuxième Vice-Président de la République, Dr. Joseph Butore, a procédé, le 29 mars 2018, au lancement officiel des travaux de Tanganyika Lisma Lighting Innovation «TLLINNO S.A», une entreprise russo-burundaise qui produit des lampes et ampoules électriques.

Les cérémonies ont commencé par une visite guidée de l’atelier de production et le test des nouveaux produits made in Burundi de cette usine, située dans les enceintes de l’Ex-Verrundi, en Mairie de Bujumbura.

Dans son allocution d’ouverture, SE Dr. Joseph Butore, a rappelé que l’ouverture officielle de cette usine est une étape importante dans la concrétisation de l’accord   global   de   coopération économique entre la République du Burundi et la République de Mordovie, en Fédération de Russie, signé à Saransk, en Juin 2017.

Il a souligné que la production de l’usine TLLINNO va contribuer à la croissance   économique du   Burundi en l’épargnant des dépenses en devises pour les importations   des lampes et des tubes électriques. En effet, environ 700.000 $ et 1,035 million $ ont été respectivement dépensés en 2016 et 2017 pour importation de ces produits que TLLINNO va fabriquer sur place.

Le Deuxième Vice-Président de la République a rassuré que le Gouvernement du Burundi ne ménagera aucun effort pour soutenir le secteur industriel, devenu  une des grandes   priorités   du   moment   pour   le   pays. Il a ajouté que  le Gouvernement du Burundi  s’est engagé à promouvoir davantage des conditions propices aux affaires, et à garantir   la   sécurité   physique   et   juridique   de   tous   les investissements qui entrent dans le pays.

TLLINNO S.A est une entreprise russo-burundaise de droit burundais créée en 2017 avec une participation de l’entreprise publique LISMA qui est l’actionnaire principal ainsi que les partenaires burundais privés et publics en l’occurrence la REGIDESO. Cette entreprise va générer des emplois à 350 burundais d’ici 2025.

Les cérémonies de lancement officiel des activités de l’usine TLLINNO ont également vu la présence de trois ministres du Gouvernement Burundi et le Vice-Premier Ministre et Ministre de l’Industrie, des Sciences et des Nouvelles Technologies de la République de Mordovie en Fédération de Russie, Monsieur Aleksandr Sedov qui était à la tête d’une forte délégation en visite au Burundi pour renforcer les relations économiques avec la Russie.

Le Deuxième Vice-Président de la République se joint aux élèves en camp de travail au stade de Gitega

Le vendredi 28 juillet 2017, Son Excellence Monsieur le Deuxième Vice-Président de la République, Dr. Joseph Butore, s’est joint à 550 élèves en camp de travail au stade de Gitega en construction.

Les travaux consistaient au remblayage et compactage des espaces où seront érigées des tribunes tout autour de la pelouse synthétique. A part ces élèves en provenance des onze communes de la province de Gitega, les travaux ont aussi vu une participation massive des membres des corps de défense et de sécurité.

Dans son allocution, le Deuxième Vice-Président de la République a félicité l’Administration de la province Gitega pour son leadership dans la mobilisation de ses élèves et d’autres couches de la population comme les forces de défense et de sécurité aux travaux de développement communautaire à travers lesquels plusieurs œuvres ont déjà été réalisées.

Il a, en outre, félicité les écoles d’enseignement des métiers de la province Gitega pour le meilleur classement obtenu aux résultats du Concours National, édition 2017. Pour maintenir ce cap, Son Excellence Dr. Joseph Butore a conseillés aux élèves de s’intéresser davantage à la formation technique et professionnelle.

A cette occasion de clôture de la première tranche du camp de travail, le Deuxième Vice-Président de la République a encouragé les élèves pour l’amour de la patrie qu’ils ont démontré pendant les dix jours d’activités de développement communautaire et de formation patriotique, et les a conseillés  de mettre en pratique tous les enseignements reçus.

Son Excellence Dr. Joseph Butore a beaucoup félicité la jeunesse burundaise pour son rôle modèle dans la lutte contre la fraude du café, des minerais et d’autres marchandises ainsi que dans la traque des boissons prohibées à travers tout le pays.

En guise de soutien aux travaux de construction de ce stade, le Deuxième Vice-Président de la République a offert 250 sacs de ciment, et a promis de rester aux côtés de la communauté de Gitega jusqu’à l’inauguration de cette infrastructure.

Le Deuxième Vice-Président de la République reçoit en audience le Coordinateur Résident du Système des NU et Représentant Résident du PNUD

Le mercredi 26 juillet 2017, Son Excellence Monsieur le Deuxième Vice-Président de la République, Dr. Joseph Butore, a reçu en audience le Coordinateur Résident du Système des Nations Unies et Représentant Résident du PNUD, Monsieur Garry Conille.

Au cours de cette visite de courtoisie, les deux personnalités ont échangé sur les projets de coopération entre le Burundi et le PNUD en général, et l’accompagnement du pays dans la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable – ODD en particulier.

Monsieur Garry Conille a félicité les autorités burundaises pour leur leadership dans la réalisation du rapport sur la priorisation des ODD. « Nous nous réjouissons du fait que le Burundi est parmi les pionniers dans le processus d’appropriation des ODD et aimerions que le rapport de priorisation des ODD, une fois terminé et approuvé par les instances habilités, serve de modèle au niveau national, continental et international », a dit Monsieur Conille.

Il a, en outre, demandé à Son Excellence Dr. Joseph Butore, de plaider pour l’organisation d’un Forum National sur les ODD en vue de son appropriation par les hautes autorités et la population burundaise dans son ensemble.

Le Deuxième Vice-Président de la République a remercié le Coordinateur Résident du Système des NU & Représentant Résident du PNUD  pour la visite et pour les appuis que son institution ne cesse d’accorder au Burundi.

Le PNUD promet d’appuyer le Gouvernement burundais dans la traduction en langue nationale du rapport sur la priorisation des ODD en vue de l’appropriation par tous les #Burundi-ais jusqu’à la base, pour changer leur mode de vie.

Le Deuxième Vice-Président de la République visite les industries AFRITAN et SINOBU Tannery

Le mardi 25 juillet 2017, Son Excellence Monsieur le Deuxième Vice-Président de la République, Dr. Joseph Butore, a effectué une visite à deux usines de traitement, de conservation et de transformation des peaux d’animaux, sises en Marie de Bujumbura.

La visite a commencé par l’usine African Tannery Company- AFRITAN pour se clôturer à l’usine chez à SINOBU Tannery.

Cette visite aux usines de tannerie avait un double objectif.  Le Deuxième Vice-Président de la République a voulu exprimer le soutien du Gouvernement aux investisseurs, mais c’était aussi dans l’intention d’identifier et promouvoir d’autres produits d’exportation du Burundi. Il Son Excellence Dr. Joseph Butore a saisi l’occasion pour rappeler aux responsables de ces usines d’exercer leurs activités en veillant toujours à la protection de l’environnement.

En matière d’exportation, le constat est qu’une fois que le secteur de Tannerie est bien organisé, il pourrait concurrencer le café et le thé, car la peau en provenance du Burundi est très appréciée sur la qualité au marché international comparativement à celle provenant d’autres pays de la sous-région.

Les responsables d’AFRITAN et SINOBURUNDI Tannery ont, quant à eux, exprimé un grand souci relatif au manque criant de matière première, donc la peau, arguant qu’elle est exportée clandestinement à l’état brute, en défaveur de leurs usines.

Cette préoccupation attire également l’attention de Son Excellence le Deuxième Vice-Président de la République qui trouve incohérents les quantités de peaux déclarées et le nombre de bêtes abattues chaque jour.

Pour parier à ce problème, il a conseillé les ministères en charge du commerce, de l’agriculture, et l’Office Burundais des Recettes – OBR de travailler en synergie en vue de contrôler le mouvement des peaux, et ainsi stopper leurs ventes et exportations clandestines.

Bien plus, il a exhorté l’OBR et la Banque Centrale à collaborer pour une meilleure traçabilité des rentrées en devises en provenance des exportations des peaux.